Pourquoi je me suis lancée dans Weight Watchers?

Je suis depuis hier dans ma 8ème semaine de Weight Watchers.

Je voulais prendre le temps de partager avec vous mon parcours par ici car vous êtes nombreuses à m’écrire et à échanger avec moi sur Instagram.

Depuis plusieurs mois, j’étais vraiment très mal dans ma peau. Je n’arrivais plus à croiser mon reflet dans un miroir sans faire le constat que j’avais pris du poids et que ça ne m’allait pas. Et puis c’était devenu vraiment un enfer pour m’habiller. Certes je réussissais à trouver des vêtements qui me plaisaient mais j’en étais arrivée à ne mettre que des vêtements – des robes essentiellement – larges pour ne pas me sentir serrée (et aussi il faut bien l’avouer pour masquer mes rondeurs…mon ventre en particulier).

Comment est-ce que j’ai pu en arriver là? A vrai dire je ne sais pas trop. Ma prise de poids a été progressive et j’ai mis du temps à m’en rendre compte.

La cause principale est simple : je ne me pesais pas (plus!). Franchement je crois qu’avant de commencer ce régime, je n’avais pas vu mon poids sur une balance depuis 2013!

2013? Et oui, je sais, c’est fou.

J’ai fait l’autruche, volontairement. Je ne voulais plus être confrontée à ce nombre qui me faisait si mal. Alors toutes les fois où j’ai été obligée de me peser – chez le médecin principalement – je me suis soumise mais je n’ai jamais voulu connaitre mon poids.

Ce nombre était si difficile à accepter pour moi que j’ai même réussi à faire un régime en 2016 , suivi par une diététicienne, sans savoir combien je pesais. La diététicienne suivait l’évolution de mon poids sans me divulguer ce nombre si angoissant. Quand j’y repense, je me dis que ce n’était en fin de compte pas si déconnant puisque mon objectif était de me sentir mieux dans ma peau sans forcément perdre 5, 8 ou 10 kilos.

A l’époque j’avais perdu de mémoire 8 kilos en 5 ou 6 mois.

Bon et puis évidemment j’ai tout repris. Je le sais car certaines des robes que je portais en 2016 ne m’allaient plus (depuis belle lurette).

Les mois sont passés et comme à mon habitude (très mauvaise j’en conviens) j’ai profité, mangé, picolé, sans jamais me mettre de limites et sans faire vraiment attention.

LE DÉCLIC

Je n’ai pas eu un seul et unique déclic. C’est plutôt une accumulation de « signes » qui m’ont motivée à me lancer dans ce régime / rééquilibrage alimentaire.

Pour commencer, j’ai atteint la limite de ce que je pouvais supporter en terme de « visuel » cet été. Si j’ai toujours assez bien accepté d’avoir des cuisses généreuses (et qui se touchent!), la taille de mon ventre était devenu invivable pour moi. Je n’arrivais plus à mettre de pantalons car je trouvais que cela faisait beaucoup trop ressortir ma brioche. Les jupes étaient elles aussi devenues compliquées. Finalement il n’y a qu’en portant des robes que j’arrivais à tolérer à peu près mon corps (puisqu’il était caché).

Bon et puis parlons de THE truc qui me donnait envie de pleurer (enfin encore plus que d’habitude!) : l’épreuve du maillot de bain. Cela fait très longtemps déjà que je passais mes étés en paréo mais cette année, même en portant un, je me suis sentie terriblement mal à l’aise.

Le chemin a donc fait lentement (mais sûrement!) son petit bout de chemin dans ma tête.

L’article de Morgane m’a également fait beaucoup réfléchir. Elle y partageait plusieurs photos « avant-après » et j’ai trouvé cela troublant. C’est une femme qui a beaucoup de chien et que je pensais bien dans sa peau. Bien évidemment je ne la connais pas et je ne savais pas qu’elle cherchait à perdre du poids depuis un moment avant de lire son article. Et puis je la trouvais déjà très très jolie mais avec ses kilos en moins je l’ai trouvée resplendissante. Alors je me suis dit : « pourquoi pas moi? ».

L’ultime déclic a été une discussion avec un collègue avec qui j’ai discuté fin août et qui m’a dit qu’il s’était mis à Weight Watchers. Nous avions auparavant parlé plusieurs fois de nos « problèmes de poids » et j’ai réalisé que s’il s’était lancé, je n’avais plus d’excuse pour ne pas le faire aussi.

Et c’est comme ça que le 2 septembre je me suis lancée dans cette grande aventure!

MES OBJECTIFS

Impossible pour moi de partager mon poids de départ avec vous. J’en ai encore beaucoup trop honte.

Quand je suis montée sur la balance pour la 1ère fois le 4 septembre, je savais que cela serait dur. En vrai, le poids qui s’est affiché était tellement élevé que cela m’a glacé le sang. Moi qui pensais me mettre à pleurer, ça n’a même pas été le cas car j’ai été scotchée!

Il était quoiqu’il en soit essentiellement de passer par là pour 1/ accepter et 2/ suivre ma perte de poids.

Mon premier objectif est de perdre 15 kilos mais pour tout vous dire j’aimerais en perdre 25. C’est énorme, je sais. Mais je crois vraiment que c’est faisable.

Au-delà de ma perte de poids, j’ai vraiment envie (besoin!) de me sentir mieux (bien?) dans ma peau, de ne plus être complexée et au global de m’habiller plus facilement. Parce que c’est vraiment relou de s’habiller quand on fait un 44/46!

Mon petit claim personnel est « bonnasse pour mes 40 ans! ». Je changerais de décennie le 30 mars 2020 donc il me reste un peu plus de 5 mois pour remplir ma mission.

Franchement cette histoire de 40 ans est assez centrale dans ce régime. Je vous ai parlé des différentes choses qui m’ont permis d’avoir un déclic mais j’aurais dû également vous parler de mon âge. Attention, je ne le vis absolument pas mal d’avoir bientôt 40 ans. Ce que je voudrais pas que l’on pense de moi c’est un truc du genre « elle est ronde parce qu’elle a eu 2 enfants et qu’elle a 40 ans ».

J’ai longtemps pris l’excuse de mes grossesses pour me justifier à moi-même d’être en surpoids. Mais maintenant que mes enfants ont 7 et 10 ans, cette excuse n’est plus valable!

Si j’ai l’impression d’avoir consacré ma « trentaine » à ma vie de famille, j’ai envie pour ma « quarantaine » de penser davantage à moi et à mon bien-être.

POURQUOI WEIGHT WATCHERS?

Mais au fait, pourquoi est-ce que j’ai opté pour Weight Watchers?

J’ai fait plusieurs régimes en 10 ans (3 ou 4 quand même!) mais WW est une grande première. J’ai longtemps pensé que c’était un régime de « vieux » et le système de points me semblait….je ne sais même pas comment le dire? Il me semblait has been et contraignant.

Et finalement j’en ai entendu beaucoup de bien et comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, je me suis lancée.

Autre point important : je ne voulais pas retourner chez un.e nutritionniste pour des raisons budgétaires. Je n’avais pas envie de dépenser 50 ou 60€ par mois. Certes l’abonnement à l’application WW est payant mais c’est moins cher (je n’ai plus le montant en tête mais je chercherais si ça vous intéresse).

Je n’ai pas pris l’option « Ateliers » parce que je n’en ressens ni le besoin, ni l’envie pour le moment. Mais une fois encore, je n’exclus pas de changer d’avis dans les semaines à venir. On verra!

POINT À DATE

En 7 semaines de WW, j’ai réussi à perdre 7,5 kilos.

Honnêtement, je trouve ça fou. Je ne pensais vraiment pas perdre aussi rapidement. D’un autre côté, on a toujours envie que ça aille encore plus vite.

Si je suis ravie de cette perte de poids à date, j’ai encore beaucoup de mal à en ressentir l’effet. Sur le visage, je constate que mes joues sont moins rondes mais dans mes vêtements, je ne me sens pas encore vraiment mieux. Je pense que cela vient du fait que je portais (et porte encore!) des robes assez amples.

Il parait que c’est le cap des 10 kilos qui change tout. On verra ça dans quelques semaines.

Ce qui est certain c’est que je suis vraiment fière de ce chemin déjà parcouru et je suis plus motivée que jamais pour atteindre les objectifs que je me suis fixée.

Je serais bien dans ma peau pour mes 40 ans, c’est dorénavant une certitude!

Si cela vous intéresse, je partagerais dans un prochain article mon quotidien avec WW mais je ne voulais pas développer davantage aujourd’hui car cet article est déjà bien assez long.

En tout cas, si vous êtes arrivé.e jusque là, c’est sûrement que le sujet vous intéresse alors n’hésitez surtout pas à me laisser un petit message en commentaire.

Je vous embrasse, Paule.

21 Comments

Post a Comment