Gravir la Butte

Hier soir, j’étais d’une humeur très morose. La deuxième semaine dans mon nouveau travail se termine et j’ai encore un peu de mal à trouver ma place. Les débuts sont toujours un peu difficiles, je le sais, mais il y a des jours où on a plus de mal que d’autres à voir la vie du bon côté.

Ce matin, j’ai donc décidé de voir le verre à moitié plein. Après avoir déposé les enfants à l’école, je me suis dirigée vers le métro et en arrivant devant les escaliers, je me suis dis que ce matin j’allais prendre un peu plus de temps pour aller au boulot et changer un peu.

J’habite au pied de la Butte Montmartre (près de la mairie du 18ème) et je travaille de l’autre côté de cette même Butte, pas très loin de Pigalle. D’habitude je prends la ligne 12. C’est pratique et rapide sauf que je vois rien. Alors ce matin, j’ai décidé de prendre le bus.

Mais pas n’importe lequel. Le Montmartrobus!

Le Montmartrobus est un petit bus qui relie la mairie du 18ème à Pigalle. Il prend à peu près  le même trajet que son copain le métro sauf que lui, l’insolent, il gravit la Butte puis la dévale.

Il grimpe fièrement, il tangue sur les pavés, il tourne tant bien que mal dans certaines ruelles. Cette courte ligne est assez méconnue des parisiens et c’est bien dommage.

Rue Ramey, rue Custine, un petit bout de la rue Caulaincourt avant d’entamer la côte de la rue Lamark. Quel bonheur de passer au pied du Sacré coeur, d’admirer Paris en tournant la tête à gauche, d’apercevoir au loin la Tour Eiffel au loin, perdue la tête dans la nuage. Place du Tertre un caricaturiste est descendu, avec sa planche à dessin sous le bras. Cela m’a fait sourire. Le Montmartrobus c’est un peu l’envers du décor. Et puis les ruelles sans touristes, passer devant la statue de Dalida avec ses seins décolorés. On imagine les touristes se faisant prendre en photo avec leurs mains baladeuses. Mais à 9 heures les touristes ne sont pas encore là et ce matin Dalida n’était presque là que pour moi. Puis la rue Lepic avant d’entamer la descente vers l’autre rive de la Butte. La rue Gabrielle, les escaliers que l’on aperçoit par-ci par-là. La rue Chappe, la rue Yvonne le Tac, un petit tour place des Abbesses puis la rue Houdon avant d’arriver place Pigalle.

En 20 minutes à peine j’ai pris une dose du Paris, du vrai, et ça m’a fait un bien incroyable.

Avant de descendre du bus, j’ai dis Bonne journée au chauffeur.

Le Montmartrobus n’est parisien que par son nom et le trajet qu’il emprunte. A côté de cela, il est aussi un pied de nez au stress et à l’anonymat. On sent tout de suite que ses passagers sont des habitués. D’ailleurs si un jour vous prenez ce bus et que vous voulez passer inapercus, sachez que dans ce bus, on est poli. On dit Bonjour au chauffeur quand on monte et Au revoir quand on descend.

Allez hop, Rue Jean-Baptiste Pigalle puis rue de la Rochefoucault. Me voilà arrivée au boulot. Je suis un peu en retard mais je me dis que j’ai eu raison de m’accorder cette escapade montmartroise.

Un dernier coup d’oeil sur les toits de Paris. Au loin j’aperçois la Statue qui surplombe l’Opéra Garnier.

Je rentre dans l’immeuble où je travaille.

Ce matin j’ai décidé de gravir la Butte Montmartre au lieu de passer en-dessous. Aujourd’hui je vais faire pareil au boulot. Je vais franchir les étapes au lieu de courber le dos.

IMG_6574

IMG_6575

IMG_6576

IMG_6580

IMG_6582

IMG_6583

IMG_6584

IMG_6585

(Désolée pour la photo du Sacré Coeur qui est floue…le Montmartrobus ne va pas très vite pourtant!)

6 thoughts on “Gravir la Butte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *