Cours Paulette, cours!

Pendant très (trop?) longtemps j’ai fait partie de la team « non sportive assumée ». Quand j’ai rencontré mon chéri, j’étais inscrite dans une salle de sport. Et puis au bout de quelques mois, j’ai emménagé chez lui et en changeant de quartier, j’ai clôturé mon abonnement.

Le temps a tranquillement filé, une douzaine de mois sont passés et je suis tombée enceinte. Ma première bonne excuse pour ne pas faire de sport arrivait dans ma vie! Les autres se sont succédées, plus ou moins fondées : trop fatiguée, besoin de faire ma rééducation du périnée, pas le temps, pas de sous, et bla bla bla!

A la question « vous faites du sport? », j’ai donc pris l’habitude de répondre « non! ». Sachant que j’ai un bon paquet de kilos en trop, je voyais à chaque fois le regard réprobateur de mon interlocuteur.

Les années sont passées et les mauvaises excuses m’ont suivies.

Je crois que c’est l’été dernier que les choses ont commencé à évoluer dans ma tête. En plus des kilos qui s’installent, j’ai commencé à me trouver « flasque ». La cellulite s’est tranquillement développée sur mes cuisses et mes complexes – déjà très présents – se sont intensifiés. Impossible de quitter mon paréo sur la plage ou de me sentir vraiment à l’aise avec un top à bretelles.

Cet été a été mon coup de « grasse »! Mes complexes m’ont gâchés la vie. J’ai effacé la quasi-totalité des photos où on me voyait. Je me trouvais toujours trop grosse, trop moche, trop…tout!

Outre un régime, l’idée de me remettre au sport a commencé à pointer le bout de son nez. Et contre tout attente, c’est au running que j’ai pensé en premier. En effet, je ne suis pas fan de la piscine (toujours ce problème de devoir me mettre en maillot!). J’ai regardé aussi les abonnements en salles de sport mais comme je travaille en freelance, je n’arrivais pas à me projeter dans un abonnement annuel, trop contraignant à mon goût.

J’ai ensuite arrêté d’y penser et mi-septembre j’ai discutée avec une de mes meilleures amies (avec qui j’allais d’ailleurs à la salle de sport!). Elle aussi avait complètement arrêté de faire du sport pendant toutes ces années pour finalement se mettre à courir cet été. Elle m’a montré l’application qu’elle utilisait, je lui ai posé quelques questions et puis ça a fait TILT dans ma tête. Si elle en était capable, moi aussi.

Le lendemain j’allais chez Décathlon m’acheter une tenue, un soutien-gorge de sport et des baskets! C’était un grand moment de solitude car je n’y connais rien en matériel sportif. Je me suis vraiment retrouvée comme une poule devant un couteau. J’ai d’abord choisi des baskets dans la partie « débutantes » puis un pantalon et un t-shirt un peu sobres (pas envie de ressembler à une pub Desigual!) et je n’imagine même pas la tête que j’ai pu faire devant le rayon des soutien-gorges!

Une fois ces quelques courses faites, j’ai réalisé que j’avais fait le plus dur et qu’il ne me restait plus qu’à me lancer.

La première fois, j’ai couru à peine 5 minutes car le programme que je suis alterne phases de marches et phases de course. La seconde un peu plus, etc.

Ce que je trouve top c’est que c’est très progressif et donc super encourageant. Moi qui pensais cracher mes poumons et rentrer avec une immense point de côté, il n’en est rien.

Bye bye les souvenirs de tours de stade de quand j’étais ado!

Pour suivre le programme, il faut en principe que je cours 3 fois par semaine. On ne va pas se mentir, avec ma reprise du boulot ce n’est pas toujours simple mais je fais de mon mieux. Pour l’instant je ne m’en sors pas si mal.

J’avoue en revanche que l’arrivée du froid me fait un peu peur alors pour m’éviter d’encore trouver de mauvaises excuses, je viens de commander un legging plus chaud, un t-shirt de running manches longues et une veste. Même si j’ai tout acheté chez H&M  il faut admettre que c’est un gros budget de départ mais j’essaie de plutôt envisager ces dépenses comme un investissement…à long terme.

Je ne cours pas encore beaucoup mais j’y prends du plaisir. Comme je marche énormément, ce n’est pas une torture. Je me suis même étonnée hier à aller courir après le boulot. Je suis revenue détendue et tellement fière.

Moi qui pensais avant être incapable de courir, j’ai pris conscience que ce sport me convenait. Il colle bien avec mon rythme de vie car je peux y aller quand je veux et ça ne prend pas énormément de temps.

J’espère que ce billet donnera envie à d’autres (à vous?) de s’y mettre. Franchement si j’ai réussi à m’y mettre, c’est vraiment à la portée de n’importe qui (si si, je vous jure!).

6 thoughts on “Cours Paulette, cours!

  1. Bonjour,
    Article très intéressant et cela motive de t’entendre parler de ton expérience.
    Serait il possible d’avoir l’appli que tu utilise ?
    Je te remercie d’avance et continue comme ça tu es motivé alors il faut rien lâcher

  2. Je fais partie de celles dont le cross du collège était la journée à bannir de l’année, de celles qui ont toujours une excuse, de celles qui ne sont pas sportives, …
    Tiens j’en ai tellement pris l’habitude que j’oublie de mettre au passé, en fait, je faisais partie 🙂
    Un jour, j’ai tenté de chausser des tennis et de faire comme tout le monde. J’ai d’abord fait un petit kilomètre, puis je suis rapidement arrivée à plus de 10 kms. Je ne cherche pas à devenir marathonienne, loin de là mais je m’impose un rythme de 2-3 fois par semaine et 5 kms au minimum à chaque sortie.
    Cela dure depuis 3-4 ans maintenant.

    Tu as raison d’anticiper l’équipement pour l’hiver. Le froid, la pluie sont encore des excuses (valables ?).
    Une anecdote, un matin, je me lève, il pleut mais il faut que j’aille courir… J’envoie un message à un ami lui disant que je vais aller courir, mais vu la météo, je ferai une petite sortie. Il m’a répondu que c’était bête de se mouiller pour peu, que quitte à y être autant optimiser le fait d’être mouillée 🙂
    Il avait raison, je ne suis pas en sucre et finalement, on prend plaisir à courir par tous les temps.

    Bref, tout ça pour dire, que je t’encourage dans ta lancée et ce n’est que bénéfique et on devient vite accro. Aujourd’hui, ma tenue est toujours dans mes valises quand je pars (que ce soit pour le boulot, en famille, en weekend fiesta avec les potes).

    Merci pour cet article et tous les autres que je lis assidûment.

    1. Ca me motive de lire ton commentaire. Je ne sais pas si un jour je serais capable de courir 10 km, à date cela me parait être une montagne mais qui sait? J’y arriverais peut-être!
      Merci pour ton gentil message.

  3. Pffiou ! Quel courage. Le mot sport ne fait pas partie de mon dictionnaire. J’admire ta persévérance et ta volonté. Malgré mes kilos en trop, je n’ai pas encore envisagé un quelconque effort physique. Et je n’en ai aucune envie.
    Je t’admire, persévère, ces efforts seront bénéfiques. Bravo !

    1. Le mot sport ne faisait pas parti de mon vocabulaire non plus il y a 3 semaines à peine. Ce veut vraiment dire que c’est accessible à tout le monde 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *