Vivez, hop hop hop!

Avant hier j’ai appris une triste nouvelle : la compagne de mon papa a un cancer.

Quand je l’ai appris j’ai d’abord pensé à elle, bien sûr. Cette femme est entrée dans la vie de mon papa il y a quelques années. Elle est très différente de lui et je pense que c’est pour cela que cela fonctionne entre eux. Pour ma part, je l’apprécie énormément car elle est attentionnée et réservée. Et puis elle nous a laissé ma soeur, mon frère et moi « l »apprivoiser » à notre rythme et avec nos différences.

Mes enfants savent que ce n’est pas ma maman mais l’appelle quand même Mamie. Pour moi cela a été une évidence puisqu’elle les considère comme ses petits-enfants.

Je suis triste que la vie lui impose cette terrible épreuve comme beaucoup trop de gens. Mais je sais qu’elle garde le moral et qu’elle va se battre.

Ensuite j’ai bien évidemment pensé à mon papa. Après avoir épaulé ma maman pendant sa maladie, je trouve cela injuste qu’il ait à vivre cela une deuxième fois. Mais que peut-on y faire?

Depuis mardi soir, je suis d’humeur bien morose. Cette nouvelle réveille des souvenirs enfuis et je me s’en serais volontiers passé.

Hier, je suis rentrée du boulot à pied pour prendre l’air et évacuer toute la tension. En passant devant le Moulin rouge, j’ai fait une photo que j’ai postée sur Instagram en écrivant ce que je ressentais.

Ce matin, en regardant mes mails, j’ai été interloquée par un nom que je ne connaissais pas. En fait, une adorable lectrice a pris le temps de m’écrire un long mail. Elle a 54 ans et en est à son troisième cancer. En plus d’être touchée par son mail, elle m’a fait sourire. Ecrire « je pense annuler mon contrat EDF car en mettant les doigts dans une prise je pourrais éclairer mon quartier ». Waouh, quelle force il faut avoir pour réussir à rire de la sorte du « crabe ».

Si je vous parle de ce mail c’est parce que Katia m’a écrit pour me secouer. Mère de famille, elle m’a expliqué qu’au delà de la maladie, elle culpabilisait de faire porter ce poids à ces enfants. Elle m’a rappelé qu’il fallait profiter de la vie, de ce qu’elle nous offre sans penser sans arrêt à cette s…. de maladie. Et elle a terminé son mail avec ces mots qui m’ont terriblement touchée :

« La vie est belle Paule. Vous avez des millions de choses à vivre. Vivez-les, c’est tout ce que l’on vous demande, le reste on est grand, on s’en occupe. Vivez, hop hop hop! ».

Avec ce billet, je voulais très chaleureusement remercier Katia pour son mail. Merci de m’avoir rappelé qu’il ne fallait pas s’apitoyer et aller de l’avant. Et surtout, bravo d’avoir autant de courage.

J’embrasse aussi très tendrement ma belle-maman. Je ne sais pas si elle me lit mais en tout cas je pense à elle.

Allez, carpe diem comme on dit.

3 thoughts on “Vivez, hop hop hop!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *