Une histoire de décision

Cette photo a été prise il y a près de 4 ans pendant le baptême de Louise.

Si je ne suis plus vraiment croyante depuis le décès de ma maman il y a 15 ans, il m’est apparu comme une totale évidence que mes enfants (même si je n’avais que Louise à l’époque) seraient baptisés.

Certains trouveront peut-être cela contradictoire mais si je ne crois pas en Dieu, je crois en une puissance divine, en cet au-delà, en cet endroit lointain et en même temps très proche où ma bien douce maman sirote un tasse de thé avec plein d’autres gens biens!

325512_10150318762148768_429955932_o (1)

Quand je suis tombée enceinte de Louise, j’ai très rapidement réfléchi à qui pourraient être son parrain et sa marraine.

Pour le parrain, la réflexion n’a pas dû prendre plus de 3 ou 4 secondes et mon conjoint était en accord avec moi : ce serait François, l’ami commun qui nous a présenté et sans qui rien de cela ne serait arrivé.

Pour la marraine, cela a été compliqué. Enfin, compliqué ce n’est pas le bon terme. Disons que cela a demandé plus de réflexion. Déjà je ne souhaitais pas que cela soit quelqu’un de nos familles car pour moi cela fait trop « double emploi ». Non, il fallait que cela soit une amie. Oui, mais qui? Des amies je n’en ai pas mille mais j’en ai plusieurs. Il y a mon amie d’enfance qui sera très probablement une de mes témoins de mariage si l’on se marie un jour mais je ne la vois que très rarement. Non, ça ne sera pas elle. Il y a mes 3 anciennes colocataires. La première a déjà plusieurs filleuls, la deuxième que j’aime très très fort mais avec qui je peux avoir des relations parfois un peu orageuses (même si avec du recul, ça aurait peut-être dû être elle) et la troisième qui deviendra plus tard la marraine de Lucien.

Mathias et moi avons fait le choix d’une personne certainement un peu moins proche de nous mais que je n’avais pas perdu de vue depuis la fin de mes études et qui me semblait être le bon choix. Alors on lui a proposé et elle a dit oui.

Et puis on a commencé à s’éloigner au fil du temps. Sans raison particulière mais ainsi va la vie. Le premier anniversaire de Louise est passé. Le premier puis le second Noël. Puis son baptême. Sa marraine était présence et ça s’est espacé.

Louise a grandi avec un parrain présent et une marraine qui a fini par ne plus être une évidence pour elle.

Je ne sais pas pourquoi s’est arrivé. Je sais que ce n’est pas grave. Je sais aussi que Louise n’en a pas souffert car après tout, une marraine c’est comme une tante ou une autre personne proche. Pour un enfant, une marraine ça n’a pas vraiment de sens.

Sauf que les mois ont passé et j’ai commencé à souffrir de la situation. Pas d’appel pour les anniversaires, pas un petit coucou en passant à Paris, pas de cartes pendant les vacances…rien.

Un an.

Puis deux.

Et puis j’ai compris que cela me peinait trop pour que la situation continue comme ça.

Il y a un an, elle m’a envoyé un mail en septembre pour s’excuser d’avoir oublié son anniversaire 3 mois plus tôt. Alors je lui ai dit que Louise n’avait besoin de rien et puis que 3 mois plus tard, c’est…un peu tard. Je lui ai aussi dit que si elle ne se sentait plus d’être sa marraine, quelques soient les raisons, je pouvais le comprendre mais que je préférais qu’elle me le dise.

Ça a tout cassé! Bien sûr. Malheureusement.

J’ai fait l’erreur de lui dire cela par écrit. Je n’aurais pas dû. En même temps je ne crois pas que cela aurait changé grand chose de le faire à l’oral.

Nous nous sommes revues il y a quelques semaines lors d’un week-end. Le sujet a été mis sur la table et a été houleux car on ne s’est pas comprises. C’est vrai que je suis souvent trop exigeante dans la vie mais pas dans ce cas. Ce que je souhaitais juste pour ma fille c’est que sa marraine l’appelle pour son anniversaire ou lui envoie une carte de temps en temps. Elle m’a répondu qu’un anniversaire ce n’est pas si important. Et puis que j’avais refusé un cadeau de Noël (je ne souviens pas trop de ce qu’il s’est passé mais à la question « qu’est-ce que Louise veut pour Noël? », j’avais dû répondre un truc du genre « ne t’embête pas, elle n’a besoin de rien ») et que de toute façon ma fille était déjà très gâtée alors comment lui faire plaisir?

Tout cela m’a fait très mal. En plus je déteste le conflit. Je le fuis comme la peste. Je fuis les discussions où l’on se déchire et où on s’envoie des vacheries à la figure. Je me ferme et je fuis. Et puis je pleure aussi, beaucoup!

On ne s’est pas comprises, on a pas la même vision des choses. C’est comme ça.

J’aurais pu laisser les choses couler mais je n’aime pas les zones de flottement et d’incertitude.

Alors j’ai mis un terme à ce contrat. Comment peut-on dire? Est-ce qu’il y a un mot plus joli? Plus doux? Plus humain? Je n’en sais rien. En tout cas je l’ai « remerciée ». Je lui ai dit que je ne souhaitais plus qu’elle soit la marraine de Louise. C’est d’une violence inouïe, je sais. Elle ne comprendra pas cela, prétextant surement mon mauvais (et réel) caractère. Mais je suis en accord avec moi-même et ma conscience.

Selon moi, choisir quelqu’un pour être le parrain ou la marraine de son enfant est une preuve d’amitié immense. Ne pas l’assumer est une faute et je n’ai pas envie de ça pour ma fille.

Je sais aujourd’hui que j’ai perdu une amie. Je le regrette très sincèrement mais je préfère avoir fait ce choix que d’avoir continué à faire comme si de rien n’était et d’attendre un coup de téléphone tous les 17 juin.

Je n’ai encore parlé de rien à Louise. J’attends de digérer encore un peu les choses et puis dans quelques semaines ou mois, je lui proposerai de choisir elle-même une marraine de cœur.

Ainsi va la vie. Il faut prendre des décisions dont on se serait bien passées.

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ce billet. L’idée n’est pas de critiquer quelqu’un, loin de là. Et puis j’ai vraiment ressenti le besoin de poser les choses à l’écrit pour prendre du recul.

19 thoughts on “Une histoire de décision

  1. Pas simple c’est sur…je comprends très bien ta réaction : le choix d’un parrain et d’une marraine est lourd de sens pour nous car on veut une personne présente, qui prend son rôle à cœur et qui soit spécial pour nos enfants. Malheureusement les personnes ne sont pas toujours à la hauteur et ça nous fait plus de mal à nous parent qu’à nos enfants. Tu as fait le choix qui te semblait le mieux donc c’est que tu avais besoin de le faire. Je ne pense pas que Louise en souffrira car sa marraine n’était pas beaucoup présente pour elle. Comme tu dis « Ainsi va la vie ! » Mais la vie est trop courte alors il faut faire en sorte de la rendre plus belle chaque jour

    1. Merci pour ton gentil message Marie-Lo.
      Pas facile de prendre ce type de décision mais maintenant c’est fait et il faut passer à autre chose.
      J’espère que tu vas bien en tout cas. Je t’embrasse.

      1. Oui tu as raison le mieux est de regarder devant et pas derrière tout va bien pour moi je te remercie ! Bisous à toi et toute ta petite famille

  2. Oh ma douce. Je trouve que ta réaction est une preuve de courage. Affronter la situation. Dire : « tu n’es pas à la hauteur ». Dure mais sincère. Et puis cela concerne Louise. Tu sais, pour mes enfants, moi aussi je me fais lionne. Je t’embrasse.

  3. et oui comme tu dis « ainsi va la vie! »
    tout cela n’est pas simple…
    mais le fait est que la vie est bien trop courte pour se prendre la tête, même si le parrain et la marraine peuvent être des gens très importants dans la vie de nos enfants, parfois la vie fait que les liens se dénouent.
    Louise comprendra et je suis certaine qu’elle a des marraines de coeur en plus de sa marraine « religieuse », elle est bien entourée et c’est bien cela l’important.
    Mes minis ont des parrains formidables (ce sont leurs cousins, les fils ainés de mon frère) et des marraines qui le sont tout autant même si nous les voyons moins. Nous les avons choisi pour le côté religieux, ce sont tous les 4 des personnes qui ont une grande foi. Mais je sais également qu’elles ont la chance d’avoir des parrains et marraines de coeur avec nos amis les plus proches qui sont là au quotidien! l’important c’est que nos enfants soient bien entourés et choyés par des êtres qui nous sont chers!
    Je t’embrasse ma belle!

  4. Paule,
    Je passe ici en voyant ton billet sur Facebook (entre deux mails au boulot..) et je me laisse embarquer dans ta lecture et découvre ton hypersensibilité et tes valeurs. Juste remarquable. et tellement dur en même temps. Je compatis et je te comprends tellement….
    Ces raisonnements si profonds, livrés à l’état brut. Tu mets des mots sur des sentiments et c’est vraiment touchant. Je suis heureuse de te lire, si je peux le dire comme ça, ça me fait dire que je ne suis pas là seule à être comme je suis…

    La souffrance que peut provoquer l’amitié, c’est dingue. Du haut de mes 26 printemps j’ai connu une lourde déception il y a quelques mois. L’amitié a tellement d’importance. C’est tellement dur de tout donner et de sentir après si incomprise. Parce que tu es telle que tu es, exigeante, mais tellement droite, juste, terre à terre et pleine de valeurs. Quelle injustice. Et quelle blessure.
    Le plus dur et de se rendre compte qu’on a pas la même vision des choses, et qu’on a pu se tromper tout ce temps…
    Je n’ai pas encore d’enfant, mais je ne souhaiterai qu’une chose : qu’ils arrivent à se construire et à être forts face à ce monde qui devient de plus en plus dur humainement.
    Moi c’est le baptême que je remets en cause, ça éviterai ces choix…

    Bises, et si je peux le dire ainsi, ne perds pas foi…La vie c’est aussi de belles rencontres auxquelles on ne s’attend pas toujours.

    1. Merci pour ton adorable message Amandine. Je ne pense pas que ma décision soit remarquable mais il est évident que je suis quelqu’un de très (trop!) sensible et que j’ai eu besoin de stopper les choses pour arrêter d’être blessée.
      L’amitié est parfois aussi difficile à gérer qu’une relation amoureuse. Et quand son enfant est impliqué, il devient presque vicéral de ne pas laisser les choses prendre une mauvaise tournure.
      Je t’embrasse. A bientôt.

  5. Ah, les parrains et marraines, le choix n’est jamais simple, on pense choisir la bonne personne, là au moment J et quelquefois, le temps nous joue des tours.
    Pour ma grande fille, ce fut mon frère dont j’étais très proche et mon mari aussi et ma cousine dont j’étais aussi très proche. La dite cousine était ravie, elle a eu une fille trois ans plus tard et là, Manon devait céder à tous les caprices de son enfant, voir même lui prêter les jouets que sa marraine venait de lui offrir… Puis, la dite marraine a perdu son bébé au bout de 5 mois de grossesse et là, plus de nouvelles jusqu’il y a deux ans, ça faisait quand même 5 ans qu’on ne l’avait pas vu. Via un message Facebook, elle m’a reproché la perte de son bébé, et aussi que je me délectais de son malheur. J’ai du la bloquer sur Facebook, pas envie de régler des comptes hypothétiques alors qu’elle était en colère et qu’elle ne cherchait pas à nous revoir.
    Elle a un peu de contact sur Facebook avec Manon que j’ai autorisé à la prendre comme amie que si elle ne l’agressait et elle lui souhaite juste son anniv’ sur son mur… au moins, elle elle souhaite et elle a l’esprit tranquille… je reste la vilaine 😉
    Et mon frère? Une nouvelle copine, un bébé et 3 ans après la naissance de Manon, plus de nouvelles, puis, une retour alors que Manon avait 6 ans. Et depuis, 3 ans, de nouveau, il a oublié qu’il avait une soeur et des nièces, la faute à la nouvelle copine? A lui plutôt!
    Je ne leur en veux pas, même si moi, je fais tout pour garder des liens avec ma seule filleule et pas que par des mails, je la prends à la maison, fais les magasins avec, l’emmène avec nous en balade (elles 15 ans).
    Autant te dire que pour ma mini (5 ans), on a essayé de faire gaffe : le parrain, un petit cousin que je considère comme mon neveu (c’est lui qui avait demandé à ses parents pour que je sois la marraine de sa soeur) et la marraine, la soeur de mon mari. Bon, le premier a créé un vrai lien avec Anna, elle l’adore et ne manque pas de faire des bêtises avec (parfait ;-)). La marraine, elle pense aux cadeaux, n’appelle jamais le jour J, ne cherche pas à passer Noël avec nous… mais c’est comme ça, je ne peux exiger quoique ce soit d’elle, j’ai fait plaisir à mon chéri.
    Alors, on développe peu l’importance des parrains marraines, on vit avec nos choix qui auraient évolué avec le temps, comme nous nous avons changé… c’est comme ça mais c’est vrai que des fois, je me demande pourquoi je les ai choisi (pas pour tous, hein?).

    1. Ce qui est certain selon moi c’est qu’il ne faut jamais regretter les choix que l’on a fait.
      Et puis quand la vie fait évoluer les relations, il faut savoir s’adapter.
      A très bientôt et merci pour ton message.

  6. Bonjour,
    Ton article me parle tellement, c’est très difficile de choisir un parrain et une marraine, on n’a jamais la certitude que dans 5 ans ils seront toujours présent pour l’enfant.
    Pour nous ça été un peu compliqué car ce choix devait être double, nous avons des jumelles. Le frère et la Sœur de mon conjoint était une évidence, mais chacun sa filleul respective pour être sur que si un jour le 2eme parrain/marraine ne jouait plus le rôle, elles aurait toujours une personne sur qui compter. Et nous avons bien fait car en second nous avons prit ma meilleure amie et un très bon ami, mais déjà un peu avant le baptême les tensions se sont faites sentir avec le parrain de Méline (le bon ami) il à une nouvelle chérie qui l’éloigne de tous ses amis, il a quand même été présent au baptême même si nous savions que nous aurions dut changer de parrain, pour mon conjoint il respectait une promesse il n’arrivait pas à revenir dessus. du coup aujourd’hui plus d’un an après le baptême plus de nouvelle, j’ai eu le malheur de lui dire ses 4 vérités et c’était fini. Heureusement Méline à ma belle soeur comme marraine et c’est la meilleure qui soit, Noémie qui à ma meilleure amie, on ne la voit pas souvent car elle travail beaucoup mais elle prend des nouvelles et a toujours une petite attention. Quand à mon beau frère son parrain il ne fait pas de distinction entre sa filleul et sa soeur c’est pour toutes les 2 pareils du coup elles sont choyer autant.
    Je pense que tu n’as pas à regretter tes mots avec cette amie et que ta fille choisisse sa marraine de coeur est une excellente idée ^^
    des bisous

  7. J’ai du mal a concevoir le concept de parrain/marraine. Je crois que je vais choquer mais pour moi ca n’a pas d’importance.
    Ma fille n’a pas vraiment de parrain/marraine, c’est un couple d’amis qui nous ont limite harcele pour l’etre, ils nous ont offert pleins de cadeaux donc on a accepte, si ca leur fait plaisir alors tant mieux, on les apprecie. Mais si un jour on perdait contact, ca ne me fait ni chaud ni froid que ma fille n’ai plus de parrain/marraine.
    Je suis marraine de la fille de mon frere, honnetement c’est tres bizarre car j’habite a l’etranger, ca fait 3 ans que je ne suis plus retourne en France, je lui souhaite son anniversaire, j’ai des nouvelles mais que faire d’autre? Si je rentrais en France, je l’emmenerai faire des activites tout ca, mais bon la je ne sais pas trop quoi faire.
    Je dois etre un peu bizarre.

  8. Ma marraine étant absente j’ai choisi toute seule une autre marraine. Tout le monde a compris mon choix de petite fille. On n’a qu’une marraine, c’est plus important qu’on ne le croit. Je pense que tu as bien fait de ne pas laisser s’installer cette situation. C’est un honneur d’être choisie en tant que marraine, tant pis pour celles qui ne sont pas à la hauteur de ce choix et de cette preuve de confiance et d’amour.

      1. Je devais avoir 6 ans ou un peu plus. J’ai choisi comme marraine la marraine de ma sœur (la sœur de mon père, j’espère que c’est clair). J’ai arrêté de l’appeler tatie pour l’appeler marraine. Mes parents lui ont demandé son avis et elle était ravie, flattée je pense. J’ai 35 ans et l’appelle toujours marraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *