Léonard et Gérard de République du Chiffon

Cela fait bien trop longtemps que je ne vous ai pas parlé de couture par-ici. Alors j’ai eu envie de garder une trace de mes 2 derniers gros projets.

En Novembre, j’ai eu envie de me lancer dans la couture de mon premier manteau. Cela représentait un gros challenge car je n’avais jamais réalisé ni poches paysannes, ni doublure.

J’ai jeté mon dévolu sur le patron Gérard de République du Chiffon parce que j’aime sa coupe boyfriend (courte et un peu large).

La couture de ce projet m’aura pris en tout une vingtaine d’heures. Il faut dire qu’entre le décalquage du patron, la découpe des différentes pièces du patron puis du tissu, de la doublure et de la triplure, la couture en elle-même et la gestion des erreurs….c’était prenant!

Contre toute attente, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières pour les poches. J’ai suivi consciencieusement le tutoriel de la veste Françoise (voir ici) et tout s’est bien passé. La couture du col n’a pas été forcément évidente mais pour une première j’étais plutôt contente de moi.

J’ai eu plus de difficultés en revanche pour la doublure. Non pas qu’il y avait des choses très compliquées mais j’ai enchainé les erreurs bêtes pour les manches. Et on sait bien que quand on commence à faire des bêtises, on s’énerve et on en fait souvent une deuxième juste après. J’ai aussi rencontré un petit soucis dans le patron, toujours au niveau des manches mais en bidouillant un peu je m’en suis sortie.

Au final je suis ravie du résultat même si le tissu que j’ai choisi (un crêpe de laine commandé sur le site des Coupons de Saint Pierre) est un peu trop fin. Cela en fait plus un manteau demie-saison qu’un manteau d’hiver.

Ce qui fait le petit plus de ce manteau, c’est vraiment sa doublure. En effet, j’avais envie d’un manteau sobre et passe-partout (d’où le tissu bleu marine) mais cela le rendait un peu triste/banal. Alors j’ai fait le choix de mettre beaucoup de couleurs à l’intérieur. Pour cela, j’ai acheté ce tissu que j’aime d’amour issu de la collaboration entre Make my lemonade et Léa Maupetit. Et pour limiter les frais, j’ai mis de la doublure classique pour les manches qui ne se voient pas.

En finissant ce manteau, je ne pensais pas que j’aurais envie d’en coudre un autre 2 mois plus tard. Mais il faut croire que la couture est addictive et j’ai craqué sur le patron Léonard, toujours de République du Chiffon.

Ce qui m’a plus dans ce patron c’est sa coupe longue et ses manches larges et 3/4.

Il est pourtant resté assez longtemps à coté de ma machine à coudre car je ne trouvais pas le tissu de mes rêves pour le coudre. Enfin pour être plus exacte, je ne trouvais pas de tissu à moins de 35 ou 40 euros le mètres. Honnêtement, c’était pour moi inenvisageable de mettre ce prix-là dans du tissu (sachant qu’il en faut presque 3 mètres).

Et puis finalement après de très nombreuses recherches et beaucoup d’hésitation, j’ai jeté mon dévolu sur du tissu vert 100% laine vierge à 23 euros le mètre sur le site Tissus.net. Ce n’est clairement pas l’idéal de commander du tissu sur le net car on ne peut bien évidemment pas le toucher et pas avoir une vraie idée de la couleur. Mais j’ai pris le risque…et j’ai bien fait car la couleur est vraiment cool!

Pour la doublure, j’ai eu le même parti-pris que pour Gérard et je me suis fait plaisir avec un bel imprimé Cerises, toujours chez Make my Lemonade. Et parce que ce sont les petits détails qui font toutes la différence, vous noterez le rappel entre le vert du manteau et celui des feuilles.

Concernant le patron, RAS. Il est plus facile et plus rapide à coudre que Gérard, notamment parce que les poches sont moins compliquées. Et puis le fait que ce soit ma 2ème cousette de manteau a aussi beaucoup joué.

J’ai juste un peu galéré parce que le tissu est très épais. Du coup les pièces de tissus étaient plus compliquées à manipuler mais rien de bien grave.

En tout cas, je savais dès le début que je n’arriverais jamais à faire les boutonnières moi-même, ma machine n’étant pas assez perfectionnée. Déjà avec Gérard je m’étais arraché les cheveux et j’avais fini par réaliser des boutonnières parallèles à la parementure pour que le tissu passe sous le pied de ma machine.

Si j’ai hésité à un moment à mettre des pressions, un partage sur Instagram et les avis reçus m’ont fait changer d’avis (des boutons c’est quand même plus chic et cela termine mieux une pièce) et m’ont également donné la solution à mon problème : faire faire les boutonnières.

Mais oui!!!!!! Quelle bonne idée!

On m’a donné plusieurs adresses mais celles qui sont revenues le plus sont : Welcome (Passage Prado) et Mireille (rue des Petits Carreaux). J’ai choisi Mireille car l’emplacement m’arrangeait. Et ouah!!!! Quelle découverte!

Mireille est une véritable institution dans le milieu de la confection. Il faut dire que l’endroit existe depuis 1963.

J’imagine que Mireille doit être décédée parce que quand j’ai poussé la porte de ce petit atelier situé au 3ème étage d’un immeuble, je n’ai vu que ce monsieur….et beaucoup de clients. La plupart étaient jeunes, étudiants en mode étant donné leurs projets couture. Il y avaient également 2 femmes plus âgées…et moi, un peu paumée je l’avoue.

J’ai pas mal attendu mais je ne pourrais même pas vous dire combien de temps tant j’ai été captivée par l’endroit. Je n’ai jamais regardé l’heure.

Quand est arrivé mon tour, le monsieur m’a demandé la taille de mes boutons, il a choisi la bonne couleur de fil, a vérifié l’emplacement des marques que j’avais faites à la craie…et en 2 minutes chrono c’était réglé. Et bien évidemment les boutonnières étaient parfaites.

Je suis donc ravie du rendu final de mon manteau Léonard. La seule chose sur laquelle je ne suis pas complètement convaincue c’est sur mon choix de boutons. Mais ce n’est pas bien grave, je les changerais quand je trouverais mieux.

Alors, vous aimez?

2 Comments

  • Laurence
    22 février 2019
    reply

    Les 2 modèles sont magnifiques et j’adore le choix des tissus, particulièrement ceux des doublures Bravo !!!

Post a Comment