Je suis une maman en taille 44

Je n’ai jamais été filiforme. Aussi loin que je me souvienne, on n’a jamais dit de moi que j’étais fine ou svelte.

Enfant, j’étais plutôt considérée comme « grande » parce que c’est vrai, j’étais souvent plus grande que mes camarades de classe, les filles en particulier. Et puis au fil des années,  l’écart de taille s’est réduit et aujourd’hui, je ne suis certes pas petite mais je ne suis pas une géante non plus. 1 mètre 71 ou 72, je ne sais pas trop.

Avec cette taille, je devrais peser autour de 60 kilos. Et soyons clairs, cela fait belle lurette que j’ai dépassé le cap.

Pendant mes études, je faisais du 40. Et puis je suis passée doucement à une taille 42. Jusque là, tout allait bien puisque je n’avais pas de difficultés pour m’habiller, la plupart des enseignes proposant des vêtements du 36 au 42.

IMG_0748

Je suis passée du côté obscur de la mode après ma deuxième grossesse, que j’ai enchainé avec une longue période de chômage. Je n’ai pas réussi à perdre mes kilos de grossesse. A vrai dire, mis à part un petit régime à une période, je n’ai pas fait beaucoup d’efforts.

Aujourd’hui, si je suis loin d’être bien de ma peau, je ne suis pas amère. Je ne dois ces kilos en trop qu’à moi-même. Je ne me flagelle pas non plus. Faire du 44 est bien loin d’être la mer à boire.

Le vrai problème que j’ai, c’est pour m’habiller. Lorsque l’on dépasse le 42, il est vraiment difficile de trouver des fringues sympas. Pendant mes longs mois à la maison, je me suis peu préoccuper de cela. En gros, j’ai fait l’autruche. J’ai 3/4 pantalons dans lesquels je me sens bien, quelques robes et jupes. Et pour les tops, je privilégie le noir et je mets souvent des débardeurs en-dessous afin d’éviter que l’on voit ma bidoche lorsque je lève les bras ou que l’enfile mon manteau.

Mais depuis que je rebosse en entreprise, je tourne en rond dans ma penderie. Je n’ai pas envie de m’habiller tous les jours pareil et puisqu’il m’arrive d’aller en rendez-vous, j’ai envie d’être jolie. Il faut donc que j’investisse dans quelques basics mais ce n’est franchement pas facile. Monoprix mis à part, il est super compliqué de trouver des fringues qui me vont dans les grandes enseignes. Et je ne parle même pas des marques plus pointues type Sézane, Comptoir des cotonniers and co qui ne sont réservées qu’aux nanas minces.

Si aujourd’hui je vous parle de tout cela c’est que j’ai eu une espèce de prise de conscience il y a quelques jours en voyant les visuels d’Emoi emoi. J’adore cette marque. D’ailleurs je vous en ai parlé à plusieurs reprises l’année dernière sur ce blog.

sweat_maman_cool_brod_gris_-_edition_limit_e_2_

Mais montrer des jeunes mamans toutes plus minces les unes que les autres, je trouve cela vraiment dommage. Inutile d’imiter la marque Dove qui n’a aucun problème à mettre en avant des femmes rondes dans ses campagnes de communication. Mais il me semble qu’il est indispensable de décomplexer les femmes, d’autant plus lorsqu’elles deviennent mères.

Dans la « vraie » vie, il y a des petits et des grands, des minces et des ronds, des blancs et des noirs…et c’est toute cette mixité à la fois sociale et physique qui fait que nous sommes tous différents et complémentaires.

Je me suis permise de faire part de mon point de vue à la marque en laissant un commentaire sur Instagram. J’ai eu une gentille réponse du type, mais  je ne suis pas sûre que cela fasse changer grand chose.

Ce que je voulais juste dire avec ce billet, c’est que je suis une maman en taille 44. Oui j’aimerais être plus mince, c’est évident, mais pour l’instant je me bats un peu contre moi-même. Un jour j’y arriverais.  En attendant, cela me fait mal de me sentir un peu « hors circuit » parce que la norme, dans notre société, c’est de ne pas dépasser le 42.

Je sais que je ne suis pas seule dans ce cas mais j’ai du mal à comprendre pourquoi le 44 et plus est aussi stigmatisant.

Si certaines ont le mêmes sentiment que moi, n’hésitez pas à laisser des messages ici. Je serais ravie de vous lire et d’échanger avec vous.

48 Comments

  • edenweils
    5 juin 2015
    reply

    coucou,
    Ton article est tellement vrai. Ma Famille m’a toujours considérer comme potelé, avec de gros os (non non mes os sont normaux) arrivé au collège et lycée j’étais plus fine, plutôt bien dans mon corps mais pour ma famille toujours ronde va comprendre. A mon arrivé dans la vie active j’avais des formes en bas mais mince en haut (mon surnom par certaines vilaines langues  » la bouteille d’orangina ») mais j’ai trouvé un chéri qui m’aime, et comme beaucoup de couples on a prit pas mal de kg les premières années et puis je suis tombé enceinte de jumelles, et là l’angoisse du surplus de kilo ma fait peur, j’ai très mal vécu ma grossesse (pas seulement pour les kg) les 4 premiers mois soulagé j’avais même perdu du poids et a la fin de a grossesse j’avais pris 20kg (pas énorme pour un grossesse gémellaire, mais trop pour moi), gros soulagement post-accouchement, il ne me restait plus que 5kg de ma grossesse a perdre, mais ce corps si différents qui malgré mes 15kg en trop avant mes filles ne me dérangeait pas tant que ça, est difficile a vivre maintenant,. Entre le dictât de la société sur les femmes qui deviennent mère et le délais pour perdre le surplus de poids, si tu dépasses ce délais et que tes kg sont toujours là c’est que tu est une feignasse le cul dans le canapé… Et pourtant on se doute bien qu’avec des jumelles je risque peu d’avoir le cul collé au canapé ^^ mais mon cul lui à toujours ses kilos ! Je suis une maman taille 44 comme toi, je n’assume pas vraiment, j’essai d’améliorer mon alimentation, mais pour le sports pas le temps et toute seule la motivation me manque. Alors quand je te vois toute jolie dans ton 44, je pense que moi aussi je doit être un peu jolie, en tout cas pour mon chéri, il me préfère maintenant qu’avec mes 54kg d’il y a 6ans ^^ . Des bisous XXL

  • 4 mai 2015
    reply

    Moi, je suis de l’avis de Tchoutchou.

  • 4 mai 2015
    reply

    Aie ! Tu abordes là un sujet qui m’interpelle vraiment … Je suis une maman taille 46 même parfois 48 pour les hauts … et je suis démoralisée de ne pas trouver de chouettes fringues comme j’aime …
    J’ai toujours été ronde, ou carrée plutôt … Je suis devenue maman il y a 4 ans, j’ai divorcée (et je me suis réfugiée dans la nourriture … pour panser les plaies) j’ai repris tous mes kg de grossesse … Je suis dégoutée, usée de voir des tailles sans cesse faussées, mal taillées … Des articles qui s’arrêtent au 42, ou au 44 …, des patrons de couture qui s’arrêtent au 46 taillée fillette …
    Tu parles de la marque Emoi Emoi, j’adore leur nouvel gamme de T shirt et Sweat mais voilà ce n’est pas pour moi, pour nous …
    J’espère vraiment trouver le courage et la force psychologique pour perdre mes kg qui m’ont fait perdre toute confiance en moi, mais en attendant, je déplore ces stéréotypes médiatisés de femmes minces … Parfois, je pense de plus en plus à me mettre à coudre mes vêtements ou à faire appel à une couturière … J’espère très sincèrement que les mentalités changeront … Merci, ça fait du bien de se lâcher un peu chez toi !

Post a Comment