Et si mon fils était vraiment un enquiquineur?

Lucien a 20 mois. Lucien est un beau petit blondinet (objectivité maternelle!). Lucien est sociable et souriant. Lucien fait des câlins et des bisous d’esquimau trop mignons.

photo

Mais voilà, Lucien est également colérique, impatient, jaloux et boudeur!

Normal me direz-vous, c’est un garçon, c’est l’âge et puis c’est le deuxième. J’avoue que toutes ces « généralités », aussi vraies soient-elles, ont tendance à me hérisser les poils.

Passons.

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça? Parce que depuis plusieurs semaines, Lucien est assez dur. Problèmes de sommeil mis à part (ce n’est pas encore le top mais ça va quand même mieux), il nous fait la misère. Il est ultra pénible pour manger, râle, re-râle et râle encore, pleurniche, chouine, se roule par terre et passe pas mal de temps au coin. Du coup, son papa et moi sommes un peu inquiets. Nous craignons de mal faire et avons peur que Lucien soit vraiment un enquiquineur. A force d’entendre à la crèche : « Lucien a été grognon aujourd’hui » ou « il a été turbulent à table », etc, on finit par se demander s’il n’est pas plus pénible que la moyenne.

Certes on ne peut pas demander à un enfant de 20 mois d’être parfait. Mais entre coquin et vraiment enquiquineur, il n’y a qu’un pas. Et nous n’avons vraiment pas envie que notre enfant devienne la terreur de la crèche. Alors on essaie de ne pas lâcher, d’être sévères pour qu’il comprenne que ce n’est pas lui qui décide. On s’énerve souvent, trop souvent. On lui explique aussi. Mais avouons que c’est sacrément difficile, surtout quand on sort à peine de 18 mois de nuits de merde!

Après peut-être que Lucien n’est pas plus pénible qu’un autre. Il faut dire que nos points de comparaison se limitent à Louise qui est avec du recul est assez facile comme enfant. Mis à part sa susceptibilité (les chiens ne font pas des chats), elle n’est pas téméraire et n’a jamais fait de grosses bêtises. Du coup avec Lucien, on déguste un peu.

Aujourd’hui je n’arrive pas à trop à savoir quelle est la limite du raisonnable. Je sais que Lucien nous teste et que c’est à son âge qu’il ne faut pas lâcher. Mais Dieu que c’est fatiguant et angoissant.

Affaire à suivre dans quelques mois…

7 thoughts on “Et si mon fils était vraiment un enquiquineur?

  1. Mais c’est mon Rafael que tu décris là!! Il est tout pareil, depuis qu’il marche il nous en fait voir de toutes les couleurs et maintenant il a bientôt 4 ans!!! je te rassure?? 😉

    Par contre, à l’école il est pas du tout comme ça. Il est sage, attentif, participe volontiers aux activités… Grrr mais pourquoi il est pas comme ça à la maison!!

    Bon courage et surtout, si tu trouves la recette magique pour ce genre de petit énergumène, je suis preneuse :p 😉

  2. Mon petit deuxième a aussi 20 mois, tout comme Lucien, il est blondinet et beau, tout comme Lucien, il nous a fait passer 19 mois de nuits pourries, entrecoupées minimum 8 fois par ses petits caprices nocturnes qui dans ses moments sombres me font perdre tout amour maternel. Je me transforme alors en robot berceur tandis que mon cerveau, lui bien réveillé, se demande par quelle lubie je suis passée pour avoir envie une seconde, d’avoir des mioches !

    Tout comme Lucien, mon petit razmoket, n’en fait qu’à sa tête. Môsieur a du caractère !
    Par contre à la différence de Lucien, tout se passe plutôt bien à la crèche et si on me dit qu’il s’affirme, chaque jour la même phrase revient : « Votre petit bout a passé une bonne journée, il a bien mangé, bien joué bien dormi ».

    Ce qui me sauve, c’est que j’en ai vu des vertes et des pas murs avec le grand frère de 18 mois son ainé alors je me sens rodée, et parfois je regarde mon dernier en lui disant, j’en ai vu d’autres mon coco, tu ne m’aura pas !!!

    Ce qui est sûr c’est que je pense que la fermeté pour donner un cadre est la clé du succès à cet âge même si ça dure, même si c’est dur ! Fermeté tout en tendresse, c’est a dire qu’il faut avoir autant de moments de douceurs et de calins voir + que de moments de conflits.

    Pour ma part, j’essaye toujours de le faire passer à autre chose très vite et ça marche !
    Il pique une colère parce que je le sors du bain ? Je lui fait un gros calin dans une serviette chaude et lui montre sa boite à musique ! Il veut un autre gâteau et j’ai dit non ? je lui sort son ballon préféré et je lance le jeu. Je n’ai rien sous la main ? je lui fais des guiliguilis.
    Conclusion, il voit que je n’ai pas cédé mais il voit aussi que je l’aime toujours et que je ne veux pas être en conflit avec lui.
    Et sinon une bonne punition de temps en temps ça remet les idées en place ! L’autre jour il a hurlé 10 minutes dans son lit après une grosse bétise mais au moins il s’en rappelle !

    Bon courage !!!!

  3. C est bête mais ça rassure de voir d autres parents dans la même galère ….;) on vient de finir cette phase , alors il a encore des relents de mauvaise humeur, de caprices et de crises mais le plus gros est passé (22 mois). C est dur mais il fait être ferme, sûre de soit , prendre sur soit le plus possible , et si on sent que la pression monte , demander de l aide a son conjoint , les grands parents pour souffler . C est une période finalement assez courte mais très très intense !!!! Et ça remet en cause sa personnalité , sa notion de parent ….. Bon courage , ça va aller !!!! Bises

  4. Oh! (C’est moche!) mais comme je suis rassurée de lire ça! Oscar va sur ses 19 mois et ici aussi on est un peu déroutés par son caractère! Râleur, chouineur et tête de bois… C’est la que je me rends compte à quel point clem est une petite fille ultra facile! Bref, même combat! Bises

    1. Oh non c’est pas moche. Moi aussi ça me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à avoir une tête de lard 🙂 Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *